L'Indice Boursier Régional IAE Lyon - Université Jean Moulin progresse de 5,83% en 2014

Publié le 20 janvier 2015 Mis à jour le 19 février 2015
Indice Boursier IAE Lyon
Indice Boursier IAE Lyon

L'indice boursier régional IAE Lyon - Université Lyon 3 se replie de 0,78% en décembre 2014, mais progresse de 5,83% sur l'année 2014.

[legende-image]1290696698605[/legende-image]

Jusqu’ici nous n’en avions pas encore évoqué l’existence, et pourtant le « rally boursier » de fin d’année est une tradition en cette période, les gérants soignant la présentation des portefeuilles pour mettre en valeur le bilan annuel, mais aussi l’exercice à venir. En fait pour parler vrai nous redoutions beaucoup que cette mise en valeur ne puisse pas se produire cette année, tout au moins avec l’ampleur habituelle. Force est de constater que la réalité a plus que confirmé nos craintes : la deuxième semaine de décembre avait même tourné en recul boursier quotidien, avec de fortes volatilités, ce qu’on n’avait plus connu en toutes hypothèses depuis trois ans… 

Comme sur nombre de bourses européennes d’ailleurs le CAC 40 a reculé en l’espèce de plus de 7% en cinq séances, et plus préoccupant, le phénomène a continué le lundi et une partie du mardi.

Les raisons de ces replis sont nombreuses, et ne se trouvent pas modifiées. La Grèce a vu son indice plonger de 20% en cinq séances, en réaction à l’annonce surprise d’une prochaine élection présidentielle, prévue alors en février 2015. Les résultats obligent à des élections législatives le 25 janvier, sous haute pression. Le prix du pétrole s’effondre aussi depuis plusieurs semaines (53$ le baril à Londres début janvier, et un temps sous la barre des 50$ pour le baril de WTI à New York), sans que l’on sache aujourd’hui quand il trouvera un prix d’équilibre, ce qui pourrait amener une inflation en zone euro en-dessous de zéro ! Le risque de déflation y est souligné et d’ailleurs redouté depuis un certain temps, mais il demeure entier avec ses conséquences connues : croissance ralentie, diminution de la valeur des actifs et dette alourdie.

A cela viennent s’ajouter les chiffres décevants de la hausse de la production industrielle en Chine (+7,2% en un an) qui conduisent les gérants à prendre leurs bénéfices après les corrections du mois d’octobre dernier.

Egalement le rouble russe s’est effondré, malgré la hausse des taux directeurs en Russie portés récemment à 17%, alors qu’ils atteignaient 10,5%... La révision  récente par l’Agence Fitch de la note de la France, rétrogradée de AA+ à AA avec perspective stable, pour cause de déficit public, n’a pas eu d’incidence sur le coût de notre finan-cement, au plus bas, le taux à dix ans se situant à 0,8%! Les taux d’emprunt à dix ans avaient commencé 2015 sur le marché obligataire à des niveaux bas, l’Allemagne étant à 0,536%, l’Espagne à 1,541% et l’Italie à 1,819%...

L’indice régional IAE Lyon - Université Jean Moulin Lyon 3 durant les deux premières semaines de décembre avait perdu 2,7%, ce qui masque quelque peu la réalité : dans leur globalité les grandes valeurs avaient reculé de 5,8%, alors que les valeurs moyennes et petites accusaient une légère hausse… Les semaines suivantes - quelquefois incomplètes pour raisons de fêtes - ont été mieux orientées et ont été accompagnées d’une remontée de 2% des cours. Sur l’année 2014 l’indice boursier régional IAE Lyon - Université Jean Moulin finalement a progressé en capital de 5,83%, le CAC 40 ayant subi un repli de 0,54%.

Le bilan


Enfin, les évolutions de l’indice régional sont analysées sur 27 ans, depuis fin décembre 1987, pour s’ajuster à la base du CAC 40, l’indice régional ayant une base antérieure (fin septembre 1986 * 15 mois plus tôt), avant donc que ne survienne le krach boursier de fin 1987.

Hors dividendes et hors inflation, sur les 27 ans pris comme référence, l’indice régional a depuis gagné dans ce contexte 8,07% par an, le CAC40 un peu au-dessus de 5,5%. Sur les diverses places européennes en 2014, les marchés ont été plus ou moins bien orientés, avec des disparités réelles (hors zone euro il faut tenir compte en plus des évolutions monétaires) : le Dax allemand est en hausse de 2,65%, l’IBEX 35 espagnol de 3,66%, l’AEX hollandais de 5,6%, l’indice SMI suisse de 9,5% (11,6% en euros), alors que Milan se contentait de +0,2% sur l’année et que le PSI 20 portugais perdait 27%. Au Royaume Uni le FTSE 100 régresse de 2,71%... Aux Etats-Unis le Dow Jones termine l’année proche des 18.000 points, soit 7,5% de mieux en 2014. Les pays émergents ont connu dans le même temps des évolutions diverses : si Moscou est en recul, l’Asie affiche des performances plus que satisfaisantes : +53% pour l’indice composite à Shanghai (+69% en euros), ou encore +30% à Bombay…

Les bourses mondiales ont enregistré ainsi des capitalisations record, de 62.000 milliards de dollars, après les 66.500 milliards atteints en septembre, ce qui correspond aux PIB des 39 principales économies mondiales. Les Etats-Unis concentrent 36% de la capitalisation globale, alors que la Chine a connu la meilleure progression de l’année et pris le deuxième rang mondial, dépassant ainsi le Japon, Hong Kong et Royaume-Uni. Rappelons aussi que depuis le 1er janvier la Lituanie est devenue le 19ème pays de la zone euro, après l’entrée de l’Estonie en 2011 et de la Lettonie en 2014. L’euro justement vient de passer sous la barre des 1,20$, au plus bas depuis neuf ans.

En résumé 2014 avait bien commencé l’année, sur scénario de reprise en zone euro. La suite fut marquée par un regain de volatilité, avec pour toile de fond des baisses violentes, suivies de re-bonds importants. On table pour 2015 sur une intervention de la Banque Centrale Européenne dès le 22 janvier, mais il faudra peut-être attendre un peu plus. La Grèce a resitué la zone euro face à ses fragilités… Les marchés financiers ont en effet mal débuté la nouvelle année, le CAC 40 s’étant replié de 3,8% en deux séances. Les évolutions à venir devront être suivies de près.

> Le graphique : évolution de l'Indice boursier régional depuis 8 ans
> Evolution mensuelle de l'Indice boursier en 2014

* En septembre 1986 fut créé l'indice boursier régional « IAE Lyon / BNP PARIBAS », dénommé depuis juillet 2004 « IAE Lyon - Université Lyon 3 ». Cet index est très vite devenu une référence incontournable sur l'activité économique des entreprises régionales. En 2014, il regroupe toujours 80 actions (Euronext, Alternext).

© Toute reproduction de cet article, même partielle, est soumise à autorisation de l'auteur.
Contact :
Alain TESTON, Directeur honoraire IAE Lyon :