L'Indice Boursier Régional iaelyon - Université Jean Moulin a progressé de 9,49% en 2016

Publié le 5 janvier 2017 Mis à jour le 18 mai 2017
Indice Boursier IAE Lyon
Indice Boursier IAE Lyon

Indice régional iaelyon - Université Jean Moulin s’envole en décembre 2016 de 6,73%, ce qui porte en un an sa progression à 9,49% !

Indice Boursier Régional IAE Lyon


L’année 2016 fut une année boursière déroutante, qui a bien su - et pu - terminer l’année. Pour la quatrième fois en cinq ans, l’indice CAC 40 finit l’année en positif, grâce à un mois de décembre très bon - sans équivalent depuis sept ans ! -, le meilleur mois de 2016, en progression de 6,2% (faisant même mieux qu’en juillet : 4,8%) : s’il avait perdu 16% au cours des six premières semaines, le CAC 40 a pu inverser la tendance, terminant l’année à +4,86%.

Les chocs furent nombreux, mal estimés plus qu’imprévisibles, mais finalement le résultat de la présidentielle américaine avec la victoire de Donald Trump n’a pas conduit la Bourse à reculer, bien au contraire avec le rebond des valeurs cycliques et des banques, et une remontée sensible du dollar vis-à-vis de l’euro par exemple. Aussi le CAC 40 a repris plus de 20% depuis le Brexit.

Le FTSE 100 a progressé de 14,4% en 2016, finissant sur un record historique, grâce à la résistance de l’économie britannique, alors même qu’en juin le Brexit avait fait très peur. Mais la chute de la livre sterling et la montée des valeurs liées aux matières premières ont tempéré les résultats.  D’ailleurs en euros la Bourse britannique a reculé de 1,5%...

Le FTSE 100 a progressé de 14,4% en 2016, finissant sur un record historique, grâce à la résistance de l’économie britannique, alors même qu’en juin le Brexit avait fait très peur. Mais la chute de la livre sterling et la montée des valeurs liées aux matières premières ont tempéré les résultats.  D’ailleurs en euros la Bourse britannique a reculé de 1,5%...

L’indice boursier régional iaelyon - Université Jean Moulin affiche au terme de l’année une hausse de quasiment 9,5%, grâce au rallye de fin d’année : +6,73% en décembre, le phénomène se poursuivant tout début 2017…L’indice régional avait subi un mauvais premier semestre, étant en repli de 3,84% sur six mois, mais il reste ensuite durablement positif.

L’évolution constatée nous apprend à rappeler aussi que l’indice des petites et moyennes capitalisations (CAC Mid&Small) est revenu en territoire positif, en progression de 7,19% en 2016… Les entreprises du CAC Mid&Small battent celles du CAC 40 : depuis cinq ans « leur » indice surpasse celui des grandes sociétés. Les PME sont davantage capables d’évoluer rapidement et de profiter de la croissance ; les petites sociétés sont plus flexibles et aptes à saisir toutes opportunités. Durant les mois de novembre et décembre 2016 le CAC 40 a gagné 7,83%, le Mid&Small 5,83% et l’indice régional iaelyon 5,67%.

L’indice financier européen IFE 15 a également connu une excellente fin d’année : + 6,74% en décembre, ce qui lui permet de retrouver ses niveaux de début d’année.


LA REALITE ECONOMIQUE ET FINANCIERE EVOLUE

Les membres de l’OPEP ont fini par s’entendre sur une réduction de leur production, ce qui a permis au baril de pétrole de franchir nettement la barre des 50$ dès fin novembre, et dépasser les 55$ quelques semaines plus tard. Cet accord historique devrait contribuer au rééquilibrage du marché ainsi qu’à une réduction des stocks de pétrole. En France les ménages épargnent davantage, privilégiant les placements les plus sûrs. Le banal dépôt à vue non rémunéré devrait attirer plus de 30 milliards d’euros de dépôts supplémentaires pour la deuxième année consécutive.

La hausse des prix devrait retrouver une certaine normalité, avec +1% en France en 2017, alors qu’elle était proche de zéro au cours des deux années écoulées. Précisons que déjà les prix avaient grimpé de 0,5% en novembre 2016 par rapport à novembre 2015. Le Comité de Bâle qui devait fixer le cadre prudentiel au secteur bancaire a annoncé ce 3 janvier le report de la réunion prévue pour valider les nouvelles règles appliquées au ratio de solvabilité. On aurait voulu parachever la réforme Bâle III, étape essentielle.

QU’ATTENDRE DE LA BOURSE EN 2017 ?

En décembre les Banques Centrales européenne et américaine ont transmis leurs messages, certes de manière accommodante pour rassurer. La Réserve Fédérale Américaine a relevé comme prévu de 25 points de base sa fourchette de taux directeurs à 0,5%/0,75%.  Mais le risque politique existe bel et bien, ce qui devrait procurer de la volatilité sur les marchés, et quelques interrogations sur l’avenir.

Le « global economic policy uncertainty index (EPU) », créé par trois universitaires américains, démontrerait un risque politique et économique plus élevé qu’en 2008 (chute de Lehman Brothers) ou qu’en 2012 (risque d’une certaine forme de burnt-out en zone euro). Sur le marché de la dette d’entreprise, le niveau des spreads met en relief la prime de risque, soit le supplément demandé par rapport à l’emprunt d’Etat de référence resté très bas. En Europe l’action de la BCE, en acquérant massivement des dettes d’entreprise a entrainé des chutes des primes de risque ; Outre-Atlantique la tendance est identique, alors même qu’une augmentation des primes de risque se justifierait.

La leçon à retirer est que nous sommes rentrés dans une nouvelle ère. La baisse des taux à long terme avait atteint des niveaux plus risqués, avec des conséquences plus ou moins insoupçonnées sur les flux de capitaux : des investisseurs laissent de côté des obligations qui rapportent moins, mais surtout qui ne protègent plus suffisamment, alors que l’inflation attendue et demandée (!) signalerait son retour. Nous sommes en train de quitter les taux bas et l’inflation réduite pour un monde revisité où les taux vont s’élever et l’inflation aller vers les objectifs des Banques Centrales. A suivre…

Bonne année 2017.

> Le graphique : évolution de l'Indice boursier entre 2015 et 2016


Dr Alain TESTON, Directeur Honoraire iaelyon School of Management

* En septembre 1986 fut créé l'indice boursier régional « iaelyon / BNP PARIBAS », dénommé depuis juillet 2004 « iaelyon - Université Jean Moulin ». Cet index est très vite devenu une référence incontournable sur l'activité économique des entreprises régionales. En 2016, il regroupe toujours 80 actions (Euronext, Alternext).

© Toute reproduction de cet article, même partielle, est soumise à autorisation de l'auteur.
Contact :
Alain TESTON, Directeur honoraire iaelyon :