• Entrepreneuriat,
  • Vie Etudiante,

Portrait d’entrepreneur avec Lorris Balesio

Étudiant en Licence Gestion

Publié le 27 septembre 2016 Mis à jour le 6 décembre 2017

Il n’est qu’en 3ème année de Licence Management et Sciences Humaines à l’iaelyon, et pourtant Lorris Balesio a déjà à son actif plusieurs projets entrepreneuriaux. Entretien avec un serial créateur prometteur.

Comment et quand vous est venu le goût d’entreprendre ?

Il y a eu deux raisons principales : après la terminale, tous mes amis partaient dans des voies différentes, écoles de commerce ou IAE, école de communication, de graphisme, etc. et il m’a semblé intéressant de créer une association en réunissant toutes ces compétences complémentaires. Ma première association est partie de là puisque j’ai créé Sonorama avec un groupe d’amis pour participer à la Fête de la musique en 2014.  

L’autre raison vient de l’expérience que j’ai eue à 16 ans lorsque j’ai été l’initiateur d’un premier projet dans le secteur du jeu vidéo. 

L’idée était d’extraire les joueurs de leur ordinateur en les rassemblant autour d’événements organisés en partenariat avec des éditeurs de jeux vidéo. C’est cela tout particulièrement qui m’a permis de me découvrir et de me rendre compte que j’aimais tout mettre en œuvre pour réussir à concrétiser une idée, d’avoir la vision d’un projet et de le réaliser. 


Vous lancez deux projets en 2013 alors que vous êtes en 1ère année de Licence : un point commun entre les deux ?  

Dès mon entrée à l’iaelyon, j’ai lancé deux associations dans le milieu de l’événementiel et de la musique, « SONORAMA » puis peu de temps après « MAKE x LYON».  Mon objectif était d’avoir en parallèle de mes études, un projet me permettant  de ne pas être que dans la théorie avec les cours et surtout de rencontrer des personnes partageant les mêmes centres d’intérêts que les miens, notamment la musique.



MAKE x LYON était au départ une simple page Facebook qui a totalisé environ 3000 likes en une semaine et dont le but était de partager des bons plans pour déjeuner et sortir dans la région lyonnaise. Nous avons été rapidement repérés par des organisateurs de soirées pour faire gagner des places de concerts et partager leurs événements à notre communauté.  Face à cet engouement, j’ai décidé de professionnaliser le projet en créant une deuxième association avec un ami qui étudie à emlyon. L’équipe s’est ensuite agrandie et se compose actuellement d’une dizaine de personnes comprenant des rédacteurs, un graphiste, une chargée de communication, une photographe.

Nous avons lancé notre site web www.makexlyon.com en janvier dernier car on s’est rendu compte qu’il y avait une surcharge informationnelle sur Facebook. On voulait apporter des alternatives à nos partenaires pour promouvoir leurs événements et créer un agenda qui facilite les recherches de nos utilisateurs pour trouver une exposition, un concert ou un festival dans la région lyonnaise. Le site comprend aussi un webzine que nous allons développer cette année. L’intérêt du webzine est relayer tout ce qui touche à l’actualité culturelle et nocturne de notre ville. Nous voulons mettre en lumière les acteurs culturels de la scène lyonnaise à travers des interviews.

Les articles sont écrits par des étudiants de Science Po, d’info com ou d’école de journalisme.  On organise aussi des soirées mensuelles avec des artistes locaux et internationaux pour financer notre structure.


Comment envisagez-vous l’avenir de MAKE x LYON ?  Et votre avenir à vous ?

Je me donne encore deux ans pour développer ce projet avec l’équipe. L’idée est de rentabiliser le site web par la publicité et par des partenariats de plus en plus importants.

A titre personnel, mon objectif est d’intégrer le Master Entrepreneuriat de l’iaelyon pour pouvoir développer d’autres projets que j’ai en tête et qui ne sont pas forcément en lien avec ce que je fais aujourd’hui.





Les conseils de Lorris aux futurs étudiants-entrepreneurs :

  • Ne pas vouloir faire trop de choses : j’essaye toujours de me fixer trois priorités par jour et par semaine.
  • S’ouvrir aux autres pour constituer son réseau