• Recherche,
  • Formation à distance,
  • Pédagogie,

Recherche en sciences de gestion et crise sanitaire : comment l’iaelyon s’adapte et accompagne les organisations ?

Publié le 30 mars 2020 Mis à jour le 3 juin 2020
Recherche en sciences de gestion et crise sanitaire : comment l’iaelyon s’adapte et accompagne les organisations ?
Recherche en sciences de gestion et crise sanitaire : comment l’iaelyon s’adapte et accompagne les organisations ?

En période de confinement, le laboratoire de recherche Magellan - iaelyon School of Management poursuit ses activités et adapte ses pratiques pour conserver la dynamique au sein des équipes, tout en maintenant le lien avec les organisations. Retours d’expériences.

Les équipes poursuivent les interactions

C’est l’usage en recherche de travailler avec des chercheurs du monde entier en utilisant des outils de visioconférence. Mais il est moins commun de se réunir avec les chercheurs du bureau voisin par visioconférence : c’est pourtant ce qui a été mis en place pour maintenir les réunions de recherche à distance. Ainsi les groupes de recherche Marketing et Ressources Humaines ont organisé leurs premières réunions complètement en ligne dès ce mois de mars et les séminaires des groupes Finance, Stratégie et  Management International seront organisés à distance en avril.

Une opportunité pour Jean Pfiffelman, Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche en marketing, de faire une présentation à une quinzaine de chercheurs et de bénéficier de leurs retours (photo ci-dessous). Cela lui permet d’avancer sur ses travaux de recherche et de garder le rythme avec en ligne de mire la soutenance de sa thèse de doctorat en juillet.

J’ai débuté la réunion mensuelle par un tour d’écran afin que chacun puisse parler de l’état d’avancement de ses projets. C’était rassurant de se voir, et pas seulement de s’entendre. La réunion a réuni 25 participants, dont des doctorants depuis Casablanca et Shanghai. Cela mettait tous les chercheurs sur un pied d’égalité, car tous étaient en visioconférence. L’expression était plus personnelle, plus libre d’une certaine manière.


Une organisation à distance qui implique un cadre strict : les papiers de recherche et les présentations sont systématiquement envoyés en amont de la réunion afin que chacun puisse lire et intégrer les documents, et préparer ses retours. Cela implique également une discipline dans la prise de parole.
Un format plus court également, puisque la réunion a été ramenée à 1h30 au lieu de 2 heures généralement : le format demande beaucoup de concentration » souligne Didier Vinot.

Le workshop de l’École Doctorale Sciences Économiques et de Gestion sera maintenu le 14 avril sous forme de webconférence. Les doctorants de 2ème année (voire de 3ème année) et plusieurs enseignants-chercheurs du Laboratoire Magellan participeront à cette manifestation annuelle visant à encourager les doctorants à transformer leur travail doctoral en publications académiques.
 

Une crise majeure, des organisations à accompagner

Cette crise ouvre le champ à de nouveaux objets de recherche et réinterroge les pratiques. On voit déjà émerger des études sur les conséquences du confinement sur les comportements individuels et organisationnels.

Sonia Capelli, dont le Groupe de recherche en marketing est déjà sollicité sur ces thématiques
 
« En tant que chercheur j’ai été sollicité par une revue pour un article sur le management de crise dans le domaine de la santé, poursuit Didier Vinot, également co-directeur scientifique de la Chaire Valeurs du soin centré-patient.
Je suis également sollicité par un réseau de solidarité réunissant une trentaine de dirigeants de PME et participe dans ce cadre à deux réunions hebdomadaires. Passé le moment de sidération, ces dirigeants demandent un appui pour une prise de recul sur les thématiques RH. Comment gérer les équipes à distance ? Comment maintenir le lien avec les collaborateurs ? font parties des questions clés dans ce contexte de confinement.
L’autre constat est que les dirigeants qui ont perdu leur activité commerciale profitent de ce temps de pause pour se focaliser sur la stratégie de l’entreprise. Certains sont déjà dans l’après-crise et retrouvent les vertus du management à moyen terme, 6 mois à un an au lieu des projections à 1-2 mois habituellement pratiquées. C’est très positif d’une certaine manière.

Enfin, je note que les experts comptables et responsable RH sont particulièrement sollicités actuellement. Les premiers dans le cadre de la période comptable et du conseil aux dirigeants compte tenu des dispositifs mis en place pendant la crise sanitaire, les seconds pour réponde à des demandes rapides et inédites, dans l’adaptation des contrats des salariés, la gestion des expatriés, sans compter la gestion de crise elle-même, avec parfois, les déménagements physiques des postes de travail au domicile. »

Michel Kalika, Professeur émérite à l’iaelyon, chercheur associé au Centre de recherche Magellan et Président du Business Science Institute a lancé un projet collectif et transversal et sollicite dans ce cadre les participants de l’Excecutive DBA iaelyon - BSI sur le thème : « l’impact de la crise sanitaire sur vos entreprises ou organisations ou sur votre secteur », sous la forme de synthèses d’une page à envoyer pour le 5 avril.
 

Le confinement : un temps idéal pour la rédaction scientifique

Avec le confinement, les expériences et observations de terrain sont suspendues ce qui risque de ralentir certaines recherches. Pourtant, « Pour les doctorants, c’est le moment d’écrire », conseille Sonia Capelli, Co-responsable scientifique de la chaire « Lyon3 Coopération » sur la valorisation des modèles coopératifs et mutualistes.

Lorsqu’ils ne sont pas confrontés à la garde des enfants à domicile, les chercheurs peuvent bénéficier d’un temps long idéal pour la lecture et l’écriture d’articles scientifiques. « Même si certains doctorants souffrent d’être confinés seuls sur une longue période, poursuit la chercheuse, il faut positiver cette situation et profiter de cette situation pour avancer de façon productive dans la lecture et l’écriture car ces tâches deviendront plus complexes à la réouverture de l’université lorsqu’il faudra être sur le pont pour s’adapter aux besoins des étudiants ». On compare souvent la rédaction de thèse à un exercice « monacal », cette métaphore est encore plus juste dans la situation actuelle !

Certains chercheurs profitent également de cette situation pour faire des enquêtes en ligne auxquelles les français confinés trouvent plus le temps de répondre qu’en temps d’activité normale. La recherche s’adapte donc de façon ingénieuse pour continuer malgré la situation inédite.
 

L’expérience de Prince Teye à Montréal

Prince Teye, Doctorant au Centre de recherche Magellan, réalisait un séjour de recherche à Montréal de 3 mois. Compte tenu de l’annulation des vols et du contexte de confinement en France, Prince Teye prolonge son séjour à Montréal pour approfondir ses recherches.
Travaillant sous la direction de Jean-François Gajewski et de Marco Heimann, il bénéficie ainsi d’un environnement de travail favorable qui lui permet de réaliser ses expériences en collaboration avec des chercheurs du Tech3 Lab à HEC Montréal. Cette recherche consiste à évaluer l’impact des nudges sur l’attention visuelle des auditeurs et sur leur scepticisme professionnel au cours des tâches d’audit. Ainsi des réunions de travail ont lieu régulièrement via Skype entre Lyon et Montréal.


Congrès académiques : quelle adaptation ?

L’annulation d’un grand nombre de congrès académiques nationaux et internationaux est dommageable pour les chercheurs de l’école « C’est l’occasion de renforcer les coopérations avec nos collègues et de développer nos réseaux. C’est un vrai handicap de ne pas pouvoir y participer cette année », explique Sonia Capelli.

Certains organisateurs ont trouvé la parade. Ainsi, le congrès AAA 2020 à San Diego (American Academy of Advertising Annual Conference) ou la 10ème Conférence Internationale LAK (Learning Analytics and Knowledge) à Francfort se dérouleront intégralement en ligne. Il en sera de même probablement pour la conférence NeuroIS 2020 qui devait se tenir à Vienne du 2 au 4 juin 2020.

Si cela permet aux chercheurs de présenter leurs travaux, tous les échanges informels qui sont l’atout de ce type de manifestations sont complètement absents dans de telles formules en ligne.
Contact :
Catherine Parmentier, Directrice de la Communication : catherine.parmentier@univ-lyon3.fr
Thématiques :
Recherche; Formation à distance; Pédagogie