• Accessibilité,
  • Éthique et Développement durable,
  • Formation,

Technologie : un robot de téléprésence pour un étudiant de l’iaelyon

Publié le 27 février 2018 Mis à jour le 22 mars 2018

Gwendal est étudiant à l’iaelyon, en Master 2 International Business Realities. Pour des raisons de santé, il ne pouvait être présent pendant l’International Week de l’iaelyon, du 8 au 12 janvier 2018, semaine de séminaire indispensable à la validation de son diplôme. Pendant trois jours, Gwendal a donc assisté au séminaire « Leadership for the 21st Century » de Jean Benevento et Alan Cabelly (Université de Portland), depuis chez lui, grâce à au robot de téléprésence Beam Pro.

« Fini le temps où les étudiants étaient mis de côté en raison de limitations physiques. Cela a été un honneur de participer à l’essai du robot pendant l’iaelyon International Week 2018. Pour la première fois, l’iaelyon a eu l’opportunité d’utiliser un robot pour favoriser l’apprentissage à distance. En fin de compte, ce fut une expérience d'apprentissage pour nous tous à différents niveaux », Jean Benevento, Université de Portland.

Le robot de téléprésence Beam Pro –affectueusement nommé « Bot » par les enseignants–  est mis à disposition de l’Université Jean Moulin par l’Université de Lyon. Ce dispositif mobile est muni de deux caméras : une pour les déplacements et l’autre dédiée aux échanges, et intégrant des enceintes et un micro. Ce dispositif ne permet pas d’enregistrer.

Le Pôle d'Accompagnement à la Pédagogie Numérique en support

Pour bénéficier de ce robot de téléprésence, Gwendal a contacté le Pôle d'Accompagnement à la Pédagogie Numérique (PAPN) de l’Université Jean Moulin. Le dispositif a ainsi pu être mis en place en amont et accompagné tout au long de son déroulé. Charge à Gwendal de trouver un camarade pouvant conduire le robot, qui ne prend pas seul l’ascenseur et n’ouvre pas les portes. « L'aide provenant de toutes les parties prenantes a été précieuse, en particulier celle du PAPN, de Léa et des professeurs », précise Gwendal.

Grâce au robot, Gwendal a assisté aux séminaires, participé aux groupes de travail et échangé avec les autres participants et les professeurs. "Ce qui était bien avec le robot, c’est que je pouvais facilement bouger grâce aux deux caméras et entendre facilement les deux enseignants. Je pouvais me connecter et me déconnecter facilement pendant les pauses ou si la connexion internet sautait. La batterie a duré toute la journée" s'est réjoui Gwendal.

Une indispensable communication en amont

Comme toute expérimentation, le robot a ses points faibles : il a besoin d’une excellente connexion internet des deux côtés (Université et domicile) pour permettre un suivi optimal et il peut être gêné par les reflets du soleil (lors de la projection d’un powerpoint par exemple). Un moyen de remédier au problème est d’envoyer une version numérique à l’étudiant avant le début des présentations.

Il est également indispensable d’impliquer en amont toutes les personnes impactées par le projet : ainsi les enseignants et les étudiants des séminaires ont aidé à l’installation du robot à l’endroit le plus adapté, pour le confort de chacun et pour l’intégration de Gwendal dans le cours. « Il faut s'y prendre à l'avance, souligne Gwendal, et avoir l'appui technique en terme de connexion. » 

La communication autour d’une telle expérimentation est en effet essentielle. Il est important de s’assurer que les enseignants sont avertis, afin qu’ils puissent se préparer à cette présence atypique, mais également les étudiants, afin de faciliter l’intégration du participant éloigné.
Contact :
Bertille COLLIGNON - PAPN Université Jean Moulin :
Thématiques :
Accessibilité; Éthique et Développement durable; Formation